Patrimoines revisités à Reims

À l’occasion de deux anniversaires célébrant l’inscription de plusieurs sites et monuments de Reims sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, 5 photographes internationaux revisitent à travers plus de 70 oeuvres les multiples facettes du patrimoine rémois. Jordi Bernadó, Arno Gisinger, Claudio Sabatino, Paolo Verzone et Sophie Zénon, invités à explorer la ville et les nombreuses richesses de son histoire, portent un regard original sur cette diversité patrimoniale et illustrent de façon vivante et inspirée sa présence dans la ville. Pour eux, le mot « patrimoine » ne rime pas seulement avec monument et histoire, il s’ouvre à l’art et à l’industrie, il implique également des personnes qui le font vivre au quotidien. Et c’est ainsi que des paysages et des intérieurs alternent ici avec des portraits.

sz-14

Je vous recommande le travail de Sophie Zénon qui a porté son attention sur les réserves du palais du Tau. Voici ce qu’en dit Gabriel Bauret, le commissaire de l’exposition :

Le parcours de Sophie Zénon l’a menée à plusieurs reprises dans les collections des musées et des lieux d’histoire, en France et en Italie. Il n’était donc pas étonnant qu’elle ait choisi à Reims de s’enfoncer pendant quelques jours dans les réserves du palais du Tau qui sont inaccessibles aux visiteurs. Elle est partie à la rencontre des innombrables statues, de toutes tailles et de toutes sortes, qui peuplent ces espaces ; elles sont placées à même le sol ou alignées sur des étagères, usées, voire meurtries par le temps, ou parfois au contraire très reconnaissables. Son regard a croisé des visages et des corps souvent plongés dans la pénombre et recouverts d’un voile de poussière. Par le faisceau de lumière qu’elle a dirigé vers eux, combiné à un subtil mouvement de l’appareil photographique et quelques notes de couleur, elle a ranimé ces personnages endormis et quelque peu oubliés. À travers ses images, ils apparaissent ainsi comme autant de comédiens attendant leur tour avant d’entrer en scène. Dans ces réserves transformées par le geste artistique en coulisses désordonnées d’un décor de théâtre, ces figures de pierre surgissent mystérieusement de l’on ne sait quel monde mélangeant les histoires et les époques.

L’exposition est présentée au Cellier, nouvel espace situé à quelques pas de l’Hôtel de Ville de Reims. Le bâtiment, construit en 1898 par l’architecte Ernest Kalas est destiné à présenter la création contemporaine, il axe sa programmation sur la photographie et le street art.

Du 17 septembre au 31 décembre 2016

Du mercredi au dimanche de 14 h à 18 h

entrée libre

Le Cellier

4 bis rue de Mars – 51100 Reims

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s