Circulation(s), y a beaucoup à voir !

Marqué par l’incroyable succès de l’édition 2017 au 104-PARIS avec plus de 50 000 visiteurs, le festival Circulation(s), dédié à la jeune photographie, propose pour la huitième année consécutive un regard croisé sur l’Europe. Il a pour vocation de faire émerger les jeunes talents européens et de faire découvrir au public la création artistique contemporaine innovante.

Parmi la cinquantaine d’artistes exposés, trois ont particulièrement retenu mon attention.

L’espagnol Tomeu Coll, en raison de mes activités au sein de l’Observatoire Photographique des Pôles.

En effet, il a photographié Vorkuta, une ville à l’abandon prise dans les glaces à 3 000 km au nord de Moscou. On ne sait jamais quand on arrive vraiment à Vorkuta pas plus qu’on ne sait quand on franchit le cercle arctique. Mais y rester, c’est accepter de vivre dans un lieu ostracisé qui jamais ne se développera ni ne prospèrera. Construite par les prisonniers d’un ancien goulag, Vorkuta n’a toujours pas trouvé sa place dans notre histoire.

002_SOVIETLAND_TCOLL_BIG

© Tomeu Coll – Sovietland 002

Mon coup de cœur va incontestablement à Karin Crona, une jeune suédoise qui vit et travaille à Paris. Je l’avais rencontrée, il y a 3 ans, aux lectures de portfolios du Carré de Baudoin et je l’ai retrouvée avec un travail très différent, moins intime, plus joyeux.

Un jour d’errance et de désoeuvrement, Karin Crona a découvert Pénéla, la première revue féminine de bibliothèque publiée en France entre 1967 et 1973. Après s’être procuré plusieurs numéros du magazine, elle s’est lancée dans un travail de découpage, de collage des photographies et y a ajouté ses propres dessins en couleurs. Les nouvelles images donnent ainsi naissance à une mythologie toute personnelle.

De la possibilité d'une image

© Karin Crona – 02

La présentation en leporello sur des étagères est tout à fait réussie.

IMG_3689

 

Fiona Struengmann, allemande, a travaillé sur 7 000 photographies qu’une femme avait collectées pendant plus de cinquante ans. En parcourant ces archives, l’artiste s’est projetée et a tissé un lien avec ces images qu’elle nomme des « souvenirs silencieux ». C’est ainsi qu’est né son intérêt pour les photographies vernaculaires, la recomposition et l’expérimentation de procédés chimiques qui lui permettent d’isoler des éléments de l’image. Surgit alors une nouvelle lecture du passé. Ses interventions très délicates sur les photos invitent au rêve, à la poésie.

24_Different like you_Boy_ 300dpi_30

© Fiona Struengmann – Different like you_Boy

 

Alma Haser, l’auteur d’origine allemande choisie pour l’affiche du festival, combine photographie et origami. Sa série s’inscrit dans la tradition des portraits qui interrogent les générations à venir. L’apparence physique, dont l’omniprésence s’impose continuellement à notre attention, est au coeur de Cosmic Surgery, série imaginée comme une intervention chirurgicale. Ce travail renvoie immanquablement à la chirurgie esthétique qui déforme les visages, à Orlan. Les êtres futuristes d’Alma Haser sont à la fois grotesques et étrangement réels. Les traits de leurs visages sont démultipliés et distordus, en référence à l’imagerie cubiste et surréaliste.

AFFICHE_2018_A3

Circulation(s), c’est aussi Little Circulation(s), entièrement dédié au jeune public de 5 à 12 ans, qui présente les séries de l’exposition principale selon une scénographie sur panneaux à hauteur d’enfant. Des jeux inspirés par les oeuvres exposées sont proposés afin d’accompagner leur visite de façon ludique et créative (jeu de memory, jeu des 7 erreurs, jeu de logique … Livret-jeux à la disposition des jeunes visiteurs.

LE CENTQUATRE-PARIS

5 rue Curial – 75019 Paris – Métro Riquet

Jusqu’au 6 mai 2018

Du mercredi au dimanche (hors vacances)

Du mardi au dimanche (en période de vacances)

De 14h à 19h la semaine, et de 12h à 19h le week-end

Entrée libre : nef Curial, halle Aubervilliers et Little Circulation(s)

Tarif plein 5 €

Tarif réduit 3 €

Gratuit pour les enfants de moins de 6 ans

 

D’autres lieux se sont associés à Circulation(s), notamment deux galeries partenaires :

  • la galerie Esther Woerdehoff présente sous le titre Au lieu de ce monde les dernières oeuvres de Maia Flore où le collage et le dessin viennent s’ajouter à la photographie.

_MG_1223-copie-web

© Maia Flore, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff

  • la galerie 247 expose le dernier travail d’Emilie Arfeuil intitulé Les métarmorphoses de Protée qui questionne la possibilité d’une identité alternative à la manière d’un mythe, en mêlant photographies, vidéos et installation sonore.

 EARFEUIL_PROTEE_02 [2000x1600]

© Emilie Arfeuil – Protée 02

Galerie Esther Woerdehoff

36 rue Falguière – 75015 Paris – Métro Falguière ou Montparnasse

Jusqu’au 5 mai 2018

Ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h

Entrée libre

 

Galerie 247

247 rue Marcadet – 75017 Paris – Métro Guy Môquet

Jusqu’au 21 Avril 2018

Ouvert les mercredis, vendredis et samedis de 14h à 19h.

Entrée libre

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s