La Terre en questions à La Gacilly

Le Festival Photo La Gacilly a été créé il y a 15 ans pour mettre en évidence le lien vital qui unit les hommes à la nature, pour faire prendre conscience, par la force de l’image, de la beauté si fragile de notre planète.

En 15 ans, le festival de La Gacilly s’est imposé dans le paysage photographique français et international. Il a accueilli 3,3 millions de visiteurs, prouvant ainsi que la culture est une source d’attractivité territoriale en milieu rural. Il a exposé près de 300 auteurs, fait découvrir aux visiteurs plus de 7 000 photographies, comme autant de fenêtres ouvertes sur le monde.

Il ose cette année mettre « la Terre en questions » pour mieux l’interroger, pour la parcourir avec sens et avec les sens. Pour ce faire, l’équipe a voulu rassembler les plus belles écritures photographiques, qu’elles soient documentaires, photo-journalistiques ou artistiques, qui allient prise de conscience, mais aussi enchantement ou beauté du monde. 

A commencer par le spationaute Thomas Pesquet qui a fait rêver des millions de Français lors de son odyssée à bord de la Station spatiale européenne. Il s’est révélé un photographe hors pair et un défenseur de la cause environnementale.

Quant à Frédéric Delangle, il nous emmène, avec délicatesse, dans les fourmilières humaines du sous-continent indien. Dans son exposition intitulée Hiver indien, il présente cinq séries réalisées au cours de ses séjours en Inde depuis plus de dix ans dont l’une intitulée Harmonieux Chaos que j’ai commentée en janvier 2014.

Passionné par l’architecture et les paysages, ce photographe français a choisi de resserrer son objectif sur les carrefours et les petites échoppes qui jalonnent les rues de Dehli. On en compte près de 15 millions dans un pays d’1,3 milliard d’habitants – et elles nourrissent à elles seules 17% de la population mondiale. Des variations photographiques qui tissent le portrait d’une Inde colorée, urbaine, grouillante et sans cesse en mouvement.

Frederic_Delangle_003

Et ne manquez surtout pas le panoramique de Varanasi (Benares) de 18 mètres de long ! C’est une coupe de la ville depuis la rive opposée du Gange, magnifique travail de patience qui nous offre une vision tout à fait nouvelle de Benares.

image2

Coup de cœur à la vision onirique et surréaliste Robert & Shana Parkeharrison, artistes photographes américains et écologistes engagés qui travaillent de concert depuis 20 ans. Ils créent d’étranges images aux teintes surannées que l’on croirait sorties d’un rêve, un monde étrange dans lequel un personnage essaie de réparer un morceau de Terre abîmé ou s’accroche au seul arbre encore debout dans une nature dévastée.

Parkeharrison_Shana_Robert_003

Sans oublier les expositions de Jean Gaumy, Stéphane Couturier ou Patrick Tourneboeuf, des auteurs qu’on ne présente plus …

28 expositions à voir dans le village de La Gacilly, où les jardins, les venelles et les murs des habitations se transforment en galeries photographiques dédiées à l’art passant.

La Gacilly vaut vraiment le déplacement !

Jusqu’au 30 septembre

56204 La Gacilly – Morbihan – Bretagne

En voiture : à 1h de Rennes, Vannes et Nantes

En train : à 2h de Paris (gare de Redon)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s