La Santé de Mathieu Pernot

« La Santé », seule maison d’arrêt à Paris intra-muros, a été construite en 1867 dans le 14e sur le site d’une maison de la santé. Elle a connu des prisonniers célèbres, comme le poète Guillaume Apollinaire (1911), Léon Daudet, Jean Genet ou le gangster Jacques Mesrine, qui s’en évade en 1978.

Sachant que la prison allait partiellement fermer à partir de 2014 pour d’importants travaux de rénovation, Mathieu Pernot réussit à convaincre l’administration pénitentiaire de l’autoriser à photographier les bâtiments désertés avant leur destruction.

En avril 2015, alors que les derniers détenus venaient d’être transférés vers d’autres établissements pénitentiaires, il photographie l’ensemble du bâtiment et parcourt l’intégralité des cellules pour y inventorier les graffitis inscrits sur les murs et prélever les images qui y étaient encore accrochées. Puis à l’automne 2015 il photographie le chantier de démolition.

_MG_9823la santé, 2015 ©Mathieu Pernot

Mathieu Pernot observe avec son appareil l’architecture de cette prison, cherchant la bonne distance, passant de la structure à l’individu, sans les individus. En faisant dialoguer ses photographies avec des inscriptions et images prélevées sur les murs, il fait le récit à plusieurs voix de cette vie intérieure. La simplicité et la rigueur de son regard permet l’incarnation de ces existences absentes, locataires involontaires de ces lieux contraints. Sans voyeurisme ni morale, dans une oeuvre qui se joue sans acteurs par l’unique trace de leurs existences, il semble nous conduire, tel un archéologue, au coeur d’une civilisation connue de tous et pourtant invisible de notre histoire.

‘‘Qu’est ce que l’enfermement ? Comment faire exister une certaine forme de liberté sur les murs derrière lesquels on se trouve enfermé ?’’ Tel est le vrai sujet qu’il interroge avec ce travail.

L’exposition actuellement présentée au CENTQUATRE-PARIS présente des photographies de coursives de la prison et la vidéo intitulée Promenade de Santé (5’27”). Dans ce film, Mathieu Pernot parcourt l’ensemble des bâtiments de la prison de la Santé et nous invite à découvrir le lieu peu de temps après le départ des détenus. Ce film montre également le prélèvement par l’auteur des documents laissés par les détenus sur les murs de leur cellule et constitue une forme de modus operandi de l’ensemble du travail.

L’Installation Archives de la Santé (2015) est constituée de textes retranscrits et d’images prélevées dans les cellules. Ces archives mettent en forme des récits multiples et le portait en creux de ceux qui se trouvèrent enfermés derrière ces murs. On y trouve des photos pornos ou religieuses, des posters de montres ou de voitures de luxe …

muscu 2015 ©Mathieu Pernot(1)

Au centre de la salle, L’Atlas troué, installation de cartes prélevées dans les cellules, cartes du monde, de pays ou de villes. Certaines d’entre elles, disposées sur les portes, sont trouées en leur centre pour permettre aux gardiens se trouvant dans la coursive de voir l’intérieur de la cellule à travers l’oeilleton.

Enfin, au coeur des photographies de Mathieu Pernot sur la démolition des bâtiments de La Santé, Les Peintures cassées, 24 peintures sur bois réalisées par des détenus dans le cadre d’un atelier d’art plastique. Collées sur un mur et promises à la disparition, ces peintures, cassées au moment du chantier, il les a réparées en agrafant ensemble les morceaux.

IMG_0603

L’ensemble est poignant, à voir absolument !

Lauréat des prix Nadar en 2013 et Niepce en 2014 (qui, je le rappelle, sont décernés par l’association Gens d’images), Mathieu Pernot est l’un des photographes majeurs de sa génération avec ses travaux au long cours à l’opposé des photos au kilo postées chaque jour sur les réseaux sociaux. Ses photographies sont toujours croisées avec des documents d’archives, des albums de famille, des cartes postales anciennes. Il a notamment travaillé sur l’hôpital psychiatrique de Picauville, dans la Manche, avec l’historien Philippe Artières, travail qui avait été exposé à la maison rouge (cf mon article de février 2014).

Mathieu Pernot s’inscrit dans la lignée des photographes documentaires, comme Etienne Atget ou August Sander. Ses photographies sont la mémoire de ce qui va disparaître, c’est-à-dire indispensables !

Jusqu’au 6 janvier 2019

Le CENTQUATRE-PARIS

5 rue Curial – 75019 Paris

01 53 35 50 00

 

La Santé

Photographies Mathieu Pernot

Introduction de José-Manuel Gonçalvès
Préface de Mathieu Pernot

Relié, 21 x 28,5 cm
128 pages – 75 photographies couleur

Editions Xavier Barral

35€

mathieu-pernot-la-sante

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s