Stéphanie Solinas

Formée à la photographie à l’ENS Louis-Lumière et docteure en arts plastiques, Stéphanie Solinas mène une carrière très dense depuis une quinzaine d’années, mêlant différentes disciplines autour de la photographie, son véritable point d’ancrage.

Ses œuvres sont autant d’enquêtes pour lesquelles l’artiste récolte des traces, interroge des témoins et propose au visiteur de se tenir au centre de ce faisceau d’indices. La notion d’identité est très présente dans son travail et Alphonse Bertillon, père de l’identité judiciaire, l’une de ses références.

J’ai déjà évoqué Stéphanie Solinas, à l’occasion de sa participation à l’exposition L’invention de Morel ou la Machine à images à la Maison de l’Amérique latine en mars dernier. D’autant qu’elle y présentait une série intitulée Le Pourquoi Pas ? en référence à Charcot, une investigation sous forme d’enquête de présences invisibles en Islande (2014).

Dans le cadre de Photo Saint Germain 2018, Fanny Lambert et Valérie Fougeirol, mettent en scène ses récents travaux à la galerie Gradiva sous le titre Haunted, Lost and Wanted.

Pensionnaire de la Villa Medicis à Rome cette année, Stéphanie Solinas y a sondé la valeur des miracles italiens dans son projet  L’inexpliqué, deuxième volet d’une exploration de nos identités et de nos croyances ouverte avec  Le Pourquoi Pas ? .

L’artiste revisite l’imagerie religieuse chrétienne à la recherche des figures mythiques, des présences invisibles symbolisées par les anges et les archanges.
linexplique_revenants5©solinas

Stéphanie Solinas, L’Inexpliqué – Revenants, 2018.
Jésus enfant d’après Le Caravage, La Madone des Palefreniers, 1506, Galerie Borghèse, Rome – Tirage baryté argentique noir et blanc et tirages chromogéniques, 60 x 80 cm © Stéphanie Solinas

L’exposition présente également des œuvres de la série Déserteurs 2008-2013, qui répertorie les reliquats des portraits photographiques de défunts qui ornaient les tombes du cimetière du Père Lachaise et que le temps a détruit.

hauntedlostandwanted_gradiva_solinas6

Stéphanie Solinas, Déserteurs, 2008-2013. Vue de l’exposition Haunted, Lost and Wanted, galerie Gradiva, décembre 2018. (c) Stéphanie Solinas.

L’ensemble de l’exposition, magistral, se déploie sur deux niveaux dans un prestigieux hôtel particulier du XVIIe siècle face au Louvre. Un magnifique escalier à double révolution conduit à des salons en enfilade avec vue sur la Seine, véritable écrin pour les oeuvres de Stéphanie Solinas.

A voir absolument !

Exposition du 6 novembre 2018 au 11 janvier 2019

GALERIE GRADIVA

9, Quai Voltaire – 75007 Paris

Du lundi au vendredi de 10h à 18h30

Exceptionnellement ouverture le samedi 8 décembre de 11h à 17h

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s