Gérard Uféras, mode et bijoux

A l’occasion des Circuits Bijoux, organisés par Ateliers d’Art de France en partenariat avec Les Arts Décoratifs et l’association D’un bijou à l’autre, la maison-galerie du 19 Paul Fort présente une exposition intitulée ; « Au delà du précieux » « Beyond precious » : comment des créateurs de bijoux contemporains réussissent à donner une nouvelle définition du précieux, en transformant des matériaux récupérés, en utilisant des matériaux « pauvres », ou en associant éléments précieux et non précieux, mais toujours de manière iconoclaste.
Cet évènement réunit 27 artistes australiens et néo zélandais, créateurs de bijoux contemporains, une artiste sculpteur de Nouvelle Zélande, et les magnifiques photographies N&B de Gérard Uferas qui évoquent parfaitement l’atmosphère des coulisses des grandes maisons de couture parisiennes et contribuent à plonger le visiteur dans ce monde où chaque instant est « précieux ».

Copie de PAG80

Hussein Chalayan prêt à porter. Photo Gérard Uféras

Jusqu’au 20 octobre 2013 de 16 heures à 21 heures
19, rue Paul Fort • 75014 Paris

http://www.19paulfort.com

Advertisements

Expo 14 labellisée par la Mission du centenaire

Le comité de labellisation de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, après avis de son conseil scientifique, a décidé d’attribuer le label Centenaire à notre projet d’exposition de photographies de Didier Pazery à la gare de Paris-Est en 2014.

Cette exposition fait désormais partie du programme officiel du Centenaire qui sera publiquement dévoilé par le Président de la République, lors d’une conférence de lancement du cycle du Centenaire de la Grande Guerre, quelques jours avant le 11 novembre 2013.

Suivez la progression de ce beau projet porté par l’association Chambre avec Vues sur le site internet :

http://www.expo14.com

Le Percolateur saison #03

Le Percolateur est un lieu dédié à la photographie à Marseille dont j’ai déjà parlé ici même. De par son activité pédagogique et son implication dans la création photographique en Méditerranée, c’est un espace privilégié pour un public intéressé par la photographie et un lieu de rencontres, d’échanges et de création pour les photographes et les professionnels de l’image.

Pour la troisième saison, du 19 septembre au 27 octobre, Marco Barbon a invité les photographes Bernard Descamps, l’une des figures les plus importantes de la photographie française contemporaine, mais aussi Stanislas Guigui ou encore Jean-Christophe Béchet à animer des stages.

stage_Franco_ Zecchin_02_©Agnes Leussier_HD

Stage Franco Zecchin. Photo Agnès Leussier 2012

Le Percolateur organise également des conférences avec diaporama, parfois suivies de débats, avec des auteurs aussi différents que Alfons Alt, Souad Guennoun ou encore Carolle Benitah dont j’avais particulièrement apprécié le travail lors de son exposition à la galerie Esther Woerdehoff à Paris l’an dernier.

les cafards-the cockroachs-carolle bénitah

Les cafards. photo Carolle Benitah

Retrouvez la programmation complète sur le site :

http://www.lepercolateurphoto.net

67 rue Léon Bourgeois – 13001 Marseille – 04 91 64 56 72

info@lepercolateurphoto.net

7ème édition du Prix Photo d’Hôtel, Photo d’Auteur

Créés par les Hôtels Paris Rive Gauche, le prix PHPA 2013 et le prix Virginie Clément 2013 ont été remis hier soir à Daphné Rocou.

La photographe grecque Daphné Rocou raconte une histoire extraordinaire :

En 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et à la veille de la guerre civile en Grèce, un navire légendaire, le Mataroa, fut affrété par l’institut français à Athènes pour aider des jeunes intellectuels engagés à s’évader prêts à faire des études à Paris. Après un voyage difficile, ces jeunes furent logés dans des hôtels de la rive gauche.

Certains étudiants deviendront célèbres comme  l’urbaniste Georges Candilis, architecte qui a réalisé le quartier du Mirail à Toulouse.

Les hôtels comme lieu d’accueil pour les immigrants, est un sujet toujours d’actualité. Si autrefois ils ont été grecs, sud américains, ils viennent aujourd’hui des pays africains, d’Asie. Les hôtels HPRG, devenus des lieux de luxe, ont peut-être autrefois hébergé des étudiants immigrants et pourquoi pas des étudiants du Mataroa.

9236B190-E0DC-46C4-A74C-15B22B276C89

Le jury a remarqué la photographie de Daphné Rocou car elle nous raconte l’histoire de l’artiste et de son peuple, mais aussi un chapitre de l’histoire de Paris, et finalement de celle des hôtels. L’artiste rend hommage à la France terre d’accueil. Au-delà de l’histoire, le jury a été ému par la composition de l’image, la mise en scène de plusieurs personnages dont l’attitude traduit l’attente et l’angoisse du futur.

L’effet vintage, l’aspect d’une vieille photo sortie de l’album de survivant de l’épopée, accentue le sentiment de nostalgie et l’émotion.

Les équipes HPRG ont été elles aussi touchées par cette photo car pour certains, elle raconte une partie de leur histoire.

BATESJULIETTE_PHPA_HD

Cette année, un prix spécial est décerné par la galerie Esther Woerdehoff avec Alain Bisotti à Juliette Bates dont la photo est arrivée en 2e position du vote du jury.

Sa photo sera présentée par la galerie dans diverses manifestations et une exposition sera organisée en 2015 à La Galerie Photographique de la Belle Juliette.

 

Pour cette édition, j’ai eu le plaisir de faire partie du jury qui se composait aussi de :

Marion Liard-Rateau, Blog photographique de la Mairie de Paris

Marion Hislen Debozzi, Fetart – Circulation(s)

Francis Jolly, Maison du Geste et de l’image

Esther Woerdehoff, Galerie Esther Woerdehoff

Guillaume Morel, Connaissance des Arts

Frédéric Delangle, Photographe

Delphine Piovant-Lapierre, Label Image

Sylvie Hughes, Réponses Photo

Corine et Pascal Moncelli, HPRG

Alain Bisotti, PHPA

Sarah Caron à Visa pour l’image

Prix Canon de la Femme Photojournaliste 2012 décerné par l’AFJ (Association des Femmes Journalistes) en partenariat avec Le Figaro Magazine, Sarah Caron expose à Perpignan dans le cadre de la  25 ème édition de Visa pour l’image, festival international du photojournalisme.

PASHTUN WOMEN

Dans les régions tribales du Pakistan où sévissent les talibans, les traditions culturelles rigides du Pachtounwali (code d’honneur pachtoune) associées au fléau de l’extrémisme religieux ont transformé la vie des femmes en un véritable cauchemar. Le climat d’insécurité et les restrictions officielles dans les zones longeant la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan ont rendu le travail des journalistes étrangers et locaux
quasiment impossible. Sarah Caron nous fait pénétrer dans l’intimité très peu documentée des femmes pachtounes.

Femmes pachtounes, des êtres de second rang, exposition au Couvent des Minimes

Du 31 août au 15 septembre de 10h à 20h

La terre pachtoune entre guerre et paix, parution sur 8 pages dans le Figaro Magazine daté du 6 septembre (p. 58 à 65)

Retrouvez Sarah Caron interviewée par Brigitte Patient dans l’émission “Regardez voir !” du 31 août sur France Inter

http://www.franceinter.fr/emission-regardez-voir-etre-photojournalis…